den som tror på drömmer pröver å få tak i sin egen skygge
den som tror på drömmer pröver å få tak i sin egen skygge

*celui qui croit aux rêves essaye d'attraper son propre ombre

overtro om döde
overtro om döde

XLIV. Overtro om döde. / superstition de la mort

Lapperne tror almindelig, at de dode legemer horer levende folks tale, og at alle dode, som endda ikke har hort kirkeklokken, kan gjore nieget ondt, hvis man gjor dem vrede. Derfor pleier alle lapper, som forer lig, at vise dem aerefrygt, forat de ikke skal blive vrede og gjore faerden tung og ulykkelig. Lapperne tror ogsa, at de dode kan skaffe godt fore, hvis det er dårligt, när de skal fores til kirkegarden.


Les sámis croient généralement que les morts entendent la voix des gens vivants, et que tous les morts, même ceux qui n'ont pas entendu la cloche de l'église, ne leur feront pas du mal si on les mettez pas en colère. Par conséquent, tous les sámi ont tendance à prie pour leur montrer la peur, pour que ils ne seront pas en colère en rendant le voyage lourd et malheureux.

"Les histoires narratives nous racontent l'image des relations humaines à la dimension spirituelle de l'existence et sa place dans le cosmos - les histoires de sieidi reflètent les relations humaines avec la nature. Certains endroits, des rochers, des formations naturelles, ont donné un pouvoir spécial et un contact avec le monde spirituel."

ähpár III
ähpár III

ähpár : there are stories of ghosts called ähpár in the sámi mythology. an ähpár is the spirit of a child killed by her/his mother. such a ghost cries and screams and begs for a name. the myths concerning these spirits are about how people meet such a child and how they are obliged to baptize it.

de tre blinda pigorna
de tre blinda pigorna

Så var da Oldertraegutten sluppet vel forbi menneskeaederskens hus, og han kjorte gjennem en öde skog. Der fik han se et oie ligge på en traestubbe, gik hen og tog det i hinden. Da ribte der nogen fra skogen: Ale vald min tsjalm; tag ikke oiet vort! vi har bare det ene oie: — Gutten lagde da oiet igjen pi traestub-ben og undredes pi, hvad dette kunde vaere. Men en liden stund efter tog han igjen oiet op. Da ribte det atter fra skogen : tag da ikke, tag da ikke oiet vort! Vi har bare et eneste oie. — Da lagde gutten igjen oiet fra sig pi stubben. Nu kom der tre blinde piger ud fra skogen; det var menneskeaederskens tjenestepiger, og kongsdatteren var den ene af dem. Hun havde nu i tre ir tjent hos menneskeaedersken , hvor hendes forretning var at passe pi reisende folk og give sin husmoder underretning, nir der kom folk. Men forat hun ikke skulde romme, havde kjaerringen gravet ud oinene pi hende, og det samme havde hun gjort med de andre.

*Puis, quand l'oldertraegutten est passé devant les maison des peuples, il a traversé une forêt déserte. Quand il a vu un oeil couché sur une souche il a marché et il l'a pris dans la main. A ce moment quelqu'un a crié des bois: ne prends pas notre oeil! nous avons qu'un oeil. Le garçon l'a reposé sur la souche en se demandant qu'est que ça pourrait être tout ça. mais un peu de temps après qu'il a repris l'oeil dans ça main. il entend de nouveau quelqu'un crier des bois: ne le prends pas, ne prends pas notre oeil! Nous avons seulement un oeil. Puis le garçon a remis l'oeil sur la souche. A l'instant trois filles aveugles sont sorties des bois; c'était les bonnes des peuples, et la fille du roi être l'une d'entre elle. Elle a maintenant servi tant que bonne pendant trois ans où sa mission était de prendre soin des voyageurs et donner l'information à sa maitre quand les gens venaient. Mais pour que elle ne fuit pas la femme l'avait enlevé ses yeux, en fessant la même avec les autres bonnes.

tsjaderae i uajarg
tsjaderae i uajarg

Engang kom tsjudeme til uajarg og fangede hele befolkningen der. Dog draebte de dem ikke straks, men staengte dem inde i et hus, hvor de taenkte at indebraende dem. Men nogle af de staerkeste, sora var undsluppet, gik over isen — for det var om vinteren — til Gadsanjarg (Klonaesset) på den anden side af fjorden, hvor der i den tid bodde russere*), og traf, sammen med disse, foranstaltninger til at befri de andre, som tsjudeme holdt indestaengt for at brände op. Det var nat og klart med mennskerne, da russeme togede pd isen over Qorden til Naesseby, og da tsjudeme såg russerne komme på isen i sine saemske-skinds dorker, så, hvide som sne, trodde de, at det var de folks forvarsler, som de taenkte at inde-braende, og ropade: »Se, se, gossak, lappernes veig*'). De kunde ikke forestille sig, at det var virkelige mennesker. Da maendene kom. havde tsjudeme gjort alt istand til at taende på huset. Nu faldt russeme og lappeme over tsjudeme og draebte dem
og fridde således fangeme.

*Une fois "tsjudema" sont venus à uajarg et ils ont pris toute la population là-bas. Ils ne les ont pas tués immédiatement, mais les a placés dans une maison où ils pensé les bruler. Mais certains des plus forts, sora s'est échappé, a traversé la glace - pour cela était en hiver - à Gadsanjarg (Klonaesset) sur l'autre côté du fjord, où pendant ce temps vivaient les Russes, et, avec eux, ils ont pris des mesure ensemble qui leur permettaient de libérer les autres que les tsjuder ont tenu enfermés dans la maison pour leur brûler. Il faisait nuit et clair avec les hommes, quand les Russes ont pris la glace à travers le Qord à Naesseby, puis tsjudeme a vu les Russes venir sur la glace dans leur épines maigres, donc, blanc comme la neige, ils pensaient que ils étaient les fantômes des gens qu'ils pensaient être enfermés dans la maison, et ils ont cri: "Regardez, regardez, gossak, le chemin des sámis *"). Ils ne pouvaient pas imaginer que c'était des humains réel. les tsjuderne avaient fait tout leur possible pour bruler la maison quand les hommes sont venus. Les Russes et Sámis ont attrapé les tsjuder et les ont tué, et ils ont donc combattu les prisonniers.


milk keeps bad birds away
milk keeps bad birds away
prästens avhuggna tunga
prästens avhuggna tunga

*the priest’s disembodied tongue

hatshaedness dottre / månens dotter
hatshaedness dottre / månens dotter
beaivi
beaivi

*le soleil ou le dieu du soleil.

sur certains tambours des chamans, le soleil etait représenté au centre du tambour comme une ruche où quatre lignes proviennent des coins ainsi que des rayons du soleil. les lignes ont été interprétées comme le pouvoir de la miséricorde de contrôler les quatre coins de l'univers, et les quatre districts.

beavi est généralement representée en tant que femme. puisque l'hiver est dominé par les ténèbres de la caldera nordique, il n’est pas étrange que le soleil ait été très apprécié et qu'il ait joué un rôle majeur dans les religions naturelles. on offrait habituellement un élan blanc (la femelle) pour s'assurer que le soleil reviendrait après la longue période d'obscurité hivernale où le soleil ne se lèverait pas au-dessus de l'horizon. quand le soleil revint, le beurre fondait au soleil, sur le pas de la porte, en tant que victime de beavi. cela la renforcerait pendant la récupération et lui donnerait la force de s'élever de plus en plus haut dans le ciel. au solstice d'été, des bandes de feuilles et de fleurs étaient suspendues à son honneur. manger du beurre à ces occasions est comme un repas symbolique. beaivi étaitla déesse qui a fait revivre l'arctique ; les plantes sont devenues vertes, les rennes ont prospéré, vêlé et ont donné le bien-être et la prospérité au peuple.

au retour de beaivi, les sámis priaient aussi pour les gens malade mentalement pour leur soulager des psychoses et la dépression induites par la sombre période hivernale où le soleil était complètement absent.

ähpár II
ähpár II

ähpár : there are stories of ghosts called ähpár in the sámi mythology. an ähpár is the spirit of a child killed by her/his mother. such a ghost cries and screams and begs for a name. the myths concerning these spirits are about how people meet such a child and how they are obliged to baptize it.

rávga
rávga

*rávga est l'ombre d'un noyé, vivant dans un lac ou dans un ruisseau. ils sont considérés comme très dangereux, car ils essayent de tirer les vivants dans l'eau.

hem,LD.jpg
ähpár I
ähpár I

ähpár : there are stories of ghosts called ähpár in the sámi mythology. an ähpár is the spirit of a child killed by her/his mother. such a ghost cries and screams and begs for a name. the myths concerning these spirits are about how people meet such a child and how they are obliged to baptize it.

saauve
saauve
sagnet om akkobaft
sagnet om akkobaft
selv en liten sky klarer å skjule sola
selv en liten sky klarer å skjule sola

*seul un petit nuage est capable de cacher le soleil

när stálo skulle leka blindbock
när stálo skulle leka blindbock

*quand stálo jouait en colin-maillard

ähpár IIII
ähpár IIII

ähpár : there are stories of ghosts called ähpár in the sámi mythology. an ähpár is the spirit of a child killed by her/his mother. such a ghost cries and screams and begs for a name. the myths concerning these spirits are about how people meet such a child and how they are obliged to baptize it.

guldfuglen
guldfuglen
den som tror på drömmer pröver å få tak i sin egen skygge
overtro om döde
ähpár III
de tre blinda pigorna
tsjaderae i uajarg
milk keeps bad birds away
prästens avhuggna tunga
hatshaedness dottre / månens dotter
beaivi
ähpár II
rávga
hem,LD.jpg
ähpár I
saauve
sagnet om akkobaft
selv en liten sky klarer å skjule sola
när stálo skulle leka blindbock
ähpár IIII
guldfuglen
den som tror på drömmer pröver å få tak i sin egen skygge

*celui qui croit aux rêves essaye d'attraper son propre ombre

overtro om döde

XLIV. Overtro om döde. / superstition de la mort

Lapperne tror almindelig, at de dode legemer horer levende folks tale, og at alle dode, som endda ikke har hort kirkeklokken, kan gjore nieget ondt, hvis man gjor dem vrede. Derfor pleier alle lapper, som forer lig, at vise dem aerefrygt, forat de ikke skal blive vrede og gjore faerden tung og ulykkelig. Lapperne tror ogsa, at de dode kan skaffe godt fore, hvis det er dårligt, när de skal fores til kirkegarden.


Les sámis croient généralement que les morts entendent la voix des gens vivants, et que tous les morts, même ceux qui n'ont pas entendu la cloche de l'église, ne leur feront pas du mal si on les mettez pas en colère. Par conséquent, tous les sámi ont tendance à prie pour leur montrer la peur, pour que ils ne seront pas en colère en rendant le voyage lourd et malheureux.

"Les histoires narratives nous racontent l'image des relations humaines à la dimension spirituelle de l'existence et sa place dans le cosmos - les histoires de sieidi reflètent les relations humaines avec la nature. Certains endroits, des rochers, des formations naturelles, ont donné un pouvoir spécial et un contact avec le monde spirituel."

ähpár III

ähpár : there are stories of ghosts called ähpár in the sámi mythology. an ähpár is the spirit of a child killed by her/his mother. such a ghost cries and screams and begs for a name. the myths concerning these spirits are about how people meet such a child and how they are obliged to baptize it.

de tre blinda pigorna

Så var da Oldertraegutten sluppet vel forbi menneskeaederskens hus, og han kjorte gjennem en öde skog. Der fik han se et oie ligge på en traestubbe, gik hen og tog det i hinden. Da ribte der nogen fra skogen: Ale vald min tsjalm; tag ikke oiet vort! vi har bare det ene oie: — Gutten lagde da oiet igjen pi traestub-ben og undredes pi, hvad dette kunde vaere. Men en liden stund efter tog han igjen oiet op. Da ribte det atter fra skogen : tag da ikke, tag da ikke oiet vort! Vi har bare et eneste oie. — Da lagde gutten igjen oiet fra sig pi stubben. Nu kom der tre blinde piger ud fra skogen; det var menneskeaederskens tjenestepiger, og kongsdatteren var den ene af dem. Hun havde nu i tre ir tjent hos menneskeaedersken , hvor hendes forretning var at passe pi reisende folk og give sin husmoder underretning, nir der kom folk. Men forat hun ikke skulde romme, havde kjaerringen gravet ud oinene pi hende, og det samme havde hun gjort med de andre.

*Puis, quand l'oldertraegutten est passé devant les maison des peuples, il a traversé une forêt déserte. Quand il a vu un oeil couché sur une souche il a marché et il l'a pris dans la main. A ce moment quelqu'un a crié des bois: ne prends pas notre oeil! nous avons qu'un oeil. Le garçon l'a reposé sur la souche en se demandant qu'est que ça pourrait être tout ça. mais un peu de temps après qu'il a repris l'oeil dans ça main. il entend de nouveau quelqu'un crier des bois: ne le prends pas, ne prends pas notre oeil! Nous avons seulement un oeil. Puis le garçon a remis l'oeil sur la souche. A l'instant trois filles aveugles sont sorties des bois; c'était les bonnes des peuples, et la fille du roi être l'une d'entre elle. Elle a maintenant servi tant que bonne pendant trois ans où sa mission était de prendre soin des voyageurs et donner l'information à sa maitre quand les gens venaient. Mais pour que elle ne fuit pas la femme l'avait enlevé ses yeux, en fessant la même avec les autres bonnes.

tsjaderae i uajarg

Engang kom tsjudeme til uajarg og fangede hele befolkningen der. Dog draebte de dem ikke straks, men staengte dem inde i et hus, hvor de taenkte at indebraende dem. Men nogle af de staerkeste, sora var undsluppet, gik over isen — for det var om vinteren — til Gadsanjarg (Klonaesset) på den anden side af fjorden, hvor der i den tid bodde russere*), og traf, sammen med disse, foranstaltninger til at befri de andre, som tsjudeme holdt indestaengt for at brände op. Det var nat og klart med mennskerne, da russeme togede pd isen over Qorden til Naesseby, og da tsjudeme såg russerne komme på isen i sine saemske-skinds dorker, så, hvide som sne, trodde de, at det var de folks forvarsler, som de taenkte at inde-braende, og ropade: »Se, se, gossak, lappernes veig*'). De kunde ikke forestille sig, at det var virkelige mennesker. Da maendene kom. havde tsjudeme gjort alt istand til at taende på huset. Nu faldt russeme og lappeme over tsjudeme og draebte dem
og fridde således fangeme.

*Une fois "tsjudema" sont venus à uajarg et ils ont pris toute la population là-bas. Ils ne les ont pas tués immédiatement, mais les a placés dans une maison où ils pensé les bruler. Mais certains des plus forts, sora s'est échappé, a traversé la glace - pour cela était en hiver - à Gadsanjarg (Klonaesset) sur l'autre côté du fjord, où pendant ce temps vivaient les Russes, et, avec eux, ils ont pris des mesure ensemble qui leur permettaient de libérer les autres que les tsjuder ont tenu enfermés dans la maison pour leur brûler. Il faisait nuit et clair avec les hommes, quand les Russes ont pris la glace à travers le Qord à Naesseby, puis tsjudeme a vu les Russes venir sur la glace dans leur épines maigres, donc, blanc comme la neige, ils pensaient que ils étaient les fantômes des gens qu'ils pensaient être enfermés dans la maison, et ils ont cri: "Regardez, regardez, gossak, le chemin des sámis *"). Ils ne pouvaient pas imaginer que c'était des humains réel. les tsjuderne avaient fait tout leur possible pour bruler la maison quand les hommes sont venus. Les Russes et Sámis ont attrapé les tsjuder et les ont tué, et ils ont donc combattu les prisonniers.


milk keeps bad birds away
prästens avhuggna tunga

*the priest’s disembodied tongue

hatshaedness dottre / månens dotter
beaivi

*le soleil ou le dieu du soleil.

sur certains tambours des chamans, le soleil etait représenté au centre du tambour comme une ruche où quatre lignes proviennent des coins ainsi que des rayons du soleil. les lignes ont été interprétées comme le pouvoir de la miséricorde de contrôler les quatre coins de l'univers, et les quatre districts.

beavi est généralement representée en tant que femme. puisque l'hiver est dominé par les ténèbres de la caldera nordique, il n’est pas étrange que le soleil ait été très apprécié et qu'il ait joué un rôle majeur dans les religions naturelles. on offrait habituellement un élan blanc (la femelle) pour s'assurer que le soleil reviendrait après la longue période d'obscurité hivernale où le soleil ne se lèverait pas au-dessus de l'horizon. quand le soleil revint, le beurre fondait au soleil, sur le pas de la porte, en tant que victime de beavi. cela la renforcerait pendant la récupération et lui donnerait la force de s'élever de plus en plus haut dans le ciel. au solstice d'été, des bandes de feuilles et de fleurs étaient suspendues à son honneur. manger du beurre à ces occasions est comme un repas symbolique. beaivi étaitla déesse qui a fait revivre l'arctique ; les plantes sont devenues vertes, les rennes ont prospéré, vêlé et ont donné le bien-être et la prospérité au peuple.

au retour de beaivi, les sámis priaient aussi pour les gens malade mentalement pour leur soulager des psychoses et la dépression induites par la sombre période hivernale où le soleil était complètement absent.

ähpár II

ähpár : there are stories of ghosts called ähpár in the sámi mythology. an ähpár is the spirit of a child killed by her/his mother. such a ghost cries and screams and begs for a name. the myths concerning these spirits are about how people meet such a child and how they are obliged to baptize it.

rávga

*rávga est l'ombre d'un noyé, vivant dans un lac ou dans un ruisseau. ils sont considérés comme très dangereux, car ils essayent de tirer les vivants dans l'eau.

ähpár I

ähpár : there are stories of ghosts called ähpár in the sámi mythology. an ähpár is the spirit of a child killed by her/his mother. such a ghost cries and screams and begs for a name. the myths concerning these spirits are about how people meet such a child and how they are obliged to baptize it.

saauve
sagnet om akkobaft
selv en liten sky klarer å skjule sola

*seul un petit nuage est capable de cacher le soleil

när stálo skulle leka blindbock

*quand stálo jouait en colin-maillard

ähpár IIII

ähpár : there are stories of ghosts called ähpár in the sámi mythology. an ähpár is the spirit of a child killed by her/his mother. such a ghost cries and screams and begs for a name. the myths concerning these spirits are about how people meet such a child and how they are obliged to baptize it.

guldfuglen
show thumbnails